Paroles D’Expat #13 – Guillaume – Edimbourg

Voici le treizième article de notre série « Paroles d’expat ». Découvrez l’expatriation de Guillaume de retour à Edimbourg depuis Juillet 2023.

Présente-toi en quelques mots

Je suis Guillaume, je viens de Poitiers et je suis arrivé tout seul à Edimbourg le 9 septembre 2020, juste avant mes 22 ans. Je vis dans la partie Est d’Edimbourg. Je suis étudiant en master « Interpretation » à Heriot-Watt University à Edimbourg.

Comment est né ton projet d’expatriation en Ecosse ?

A la fin de ma licence en langues il me fallait développer mes compétences en Anglais. J’ai donc décidé de partir dans un pays que m’attirait beaucoup: l’écosse. Mon but était d’améliorer mon niveau en langues pour faire un master en interprétation par la suite, ce qui requiert une maitrise parfaite de nos langues de travail.

Fin 2022, je suis reparti, cette fois ci à Madrid, pour améliorer ma troisième langue. Je suis revenu à Edimbourg en juillet 2023 pour commencer mon master en Septembre.

Comment se sont déroulés les préparatifs ?

J’ai pris la décision presque sur un coup de tête. Je cherchais des logements à louer en colocation. Après un mois de galère, j’ai fini par en trouver un et pris le risque d’envoyer un mois de loyer ainsi que la caution par internet au propriétaire. Mes parents étaient surpris mais m’ont toujours encouragé, car j’étais jeune et c’était pour mon projet professionnel.

Je n’ai pas eu besoin de cours d’anglais car je disposais déjà de solides bases avec ma licence, même si l’accent Ecossais était compliqué au début !

En arrivant en Ecosse, j’ai du passer deux semaines de quarantaine. Par la suite, j’ai fais le touriste et apprécié ces moments. J’ai mis beaucoup de temps à trouver du travail, la période covid n’étant pas propice. Après quelques entretiens ratés dans divers domaines (livraisons, restauration…), j’ai trouvé chaussure à mon pied (au bout de 6 mois) dans un fast-food. Je n’étais pas enchanté au début mais je me suis vite fais des amis.

Quelle a été l’impact du Brexit sur ton expatriation ?

L’impact a été minimal. J’avais le « pre-settled status » comme j’étais en Ecosse avant 2020. Du coup l’université me qualifie comme “Home student” (resident britannique) et pas comme étudiant international. Donc je n’ai rien eu de particulier à faire.

Qu’est-ce qui t’a le plus surpris en vivant en Ecosse par rapport à la France ?

Le climat de l’écosse. En particulier l’hiver qui est long, sombre et humide. Les journées sont courtes, pluvieuses et assez sombres, je trouve difficile de s’y habituer. On se met a sortir se balader au moindre rayon de soleil.

Photo qui capture tout le côté lugubre et sombre d’Édimbourg – prise en novembre 2020

Je trouve également la mentalité générale des gens meilleure qu’en France. Les gens sont peut-être un peu plus polis et respectueux dans l’ensemble.

Quels sont les éléments de la vie française qui te manquent le plus et ceux dont tu te passes le mieux ?

Ce qui me manque le plus: sans aucun doute la nourriture. Mes parents m’envoient des colis pour pallier à ce problème.

Evidemment ma famille (et mon chien) mais les visios nous aident bien, et la liaison aérienne avec la France est rapide et pas trop chère.

Ce dont je me passe bien: l’administratif qui est plus facile ici. La forte chaleur de l’été ne me manque pas non plus !

As-tu un dernier conseil ou une anecdote à partager avec les lecteurs qui envisagent de s’expatrier ?

Si l’expérience vous tente et que vous en avez les moyens, faites-le, vous ne le regretterez pas.

Les démarches pour obtenir les droits de travail/Visa peuvent être démotivantes mais si votre projet est réalisable, ce ne sera qu’une formalité.


Découvrez également les autres Paroles d’expat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.