Paroles d’expat #07 – Elodie – Edimbourg

Voici le sixième article de notre série « Paroles d’expat », découvrez l’expatriation d’Elodie et sa petite famille installés à Edimbourg.

Présente-toi en quelques mots

Je m’appelle Elodie, j’ai 36 ans et je suis originaire de Basse-Normandie. Avant d’arriver en Écosse nous avons vécu 8 ans en Californie avec mon mari, plus précisément à Los Angeles. C’est d’ailleurs là-bas que notre fils est né. Nous avons déménagé en Écosse en Novembre 2020, juste avant le Brexit pour éviter de devoir à nouveau faire des demandes de visas.

Après 8 ans aux US et je ne sais combien de dossiers de visas à remplir, nous en avions assez ! Pour le moment je ne travaille pas, enfin si, disons que je suis en train de développer une activité en freelance, et j’espère que cela verra bientôt le jour.

Tu êtes arrivé de Californie, comment est né ton projet d’expatriation en Ecosse ?

Cela faisait quelques temps que nous pensions quitter la Californie, pour multiples raisons : un coût de la vie beaucoup trop élevé (impossible d’acheter une maison par exemple, coût de la santé, de l’éducation,…) et un climat qui devenait dur à supporter (30-40° pendant + de 80% de l’année). Mais nous pensions seulement changer d’Etat, jamais nous n’avions envisager de quitter les Etats-Unis. On s’y plaisait et surtout nous venions d’obtenir notre Green Card.

Mais la pandémie est arrivée, on a commencé à voir la vie et notre futur différemment, et surtout mon mari (qui est chercheur, spécialisé principalement dans la recherche sur la maladie d’Alzheimer) a reçu une offre pour ouvrir son labo à Edimbourg. Après quelques réflexions, nous nous sommes lancés, nous allions quitter les Etats-Unis.

photo porridge
Un bon porridge !

Comment se sont déroulés les préparatifs ?

Une fois que nous étions certains de notre choix, que le contrat a été signé, nous l’avons très rapidement annoncé à nos proches. Ils ont évidemment été très heureux, l’Ecosse c’est beaucoup moins loin que la Californie, ce rapprochement allait également leur permettre de voir notre fils plus souvent (et inversement). L’annonce a donc été plus facile que lors de notre départ aux US…

Nous avons donc déménagé en Novembre 2020, sans aucun meuble mais avec beaucoup de cartons que nous avons fait venir en containers. Une fois sur place, pandémie oblige, nous avons eu une quarantaine, pendant laquelle nous avons commencé notre recherche d’appartements en ligne. Nous avons fait plusieurs visites virtuelles, et une fois la quarantaine terminée nous avons visité seulement 2 appartements avant de nous décider. Le dossier a été accepté rapidement, puisqu’Axel (mon mari) a un contrat de 5 ans avec l’université d’Edimbourg, cela rassure vite les propriétaires. Il a commencé son travail en Décembre (en virtuel).

Quelle a été la bonne surprise suite à ton installation en Ecosse ?

La bonne surprise… je dirais la météo ! Je sais que c’est probablement parce que nous sommes à Edimbourg et que c’est différent du reste de l’Ecosse, mais je m’attendais à bien pire. Je m’imaginais pluie et ciel gris 90% du temps et finalement pas du tout ! La deuxième surprise est vis à vis des Écossais, aussi sympathiques et agréables que les Américains ! Une autre bonne surprise : la nourriture ! J’avais une très mauvaise image de la nourriture au Royaume-Uni, mais on y mange finalement très bien, ils ont de très bonnes spécialités !

Tu as vécu en France, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, quelles sont les 2 ou 3 principales differences que tu a remarqué dans ta vie d’expatrié ?

Les différences dans ma vie de tous les jours sont nombreuses, mais ce qui nous a le plus paru en venant des Etats-Unis est que quand on va aux urgences en Écosse (comme en France) on ne paye « rien »… aux US, une visite de quelques heures aux Urgences coûte plusieurs milliers de dollars. C’est un tel plaisir de revenir à système de santé comme ça. Et c’est également le cas pour le coût lié à la scolarité. Ce fut un vrai choc en arrivant des US. Quel bonheur !

Nous avons également l’impression que dans la vie de tous les jours, l’Ecosse est un mix entre la France et les Etats-Unis. Un mix positif, car ce sont les bons côtés de chaque pays que l’on retrouve ici. Bref, nous n’avons aucun regret d’avoir quitté la Californie. Nous nous sentons bien ici, notre fils est épanoui. Notre qualité de vie est meilleure. Si c’était à refaire, nous referions la même chose, sans hésitation !

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu à un(e) futur(e) expatrié(e) ?

C’est difficile de donner des conseils car tout dépend de la situation de chacun et du pays envisagé, mais je dirais qu’il ne faut pas hésiter à se lancer même si au départ la peur se fait sentir. C’est normal, tout est nouveau, la culture est différente, le système est différent, la langue est différente, mais on finit toujours par s’en sortir.

Cependant il faut quand même bien se renseigner avant le départ, cela évite les mauvaises surprises à l’arrivée et les situations difficiles. Avant notre départ aux Etats-Unis j’ai lu énormément de blog d’expatriés aux US, j’ai appris beaucoup de choses et cela m’a permis d’être moins perdue sur place. Avant notre départ en Écosse c’était différent, j’ai attendu d’être sur place avant d’approfondir mes recherches, car je me disais, si on a pu s’en sortir aux US on va forcément y arriver en Écosse !!!

Bref suivez votre coeur oui, mais ne partez pas sans en apprendre un minimum sur votre pays de destination, surtout si vous avez des enfants. Mais ne laissez pas la peur vous empêcher d’essayer !

photo Royal Mile Edimbourg
Royal Mile Edimbourg

Vous pouvez suivre Elodie sur les réseaux sociaux : Twitter, Instagram, YouTube.
Découvrez également les autres Paroles d’expat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.