S’expatrier en Ecosse avec un enfant de moins de cinq ans

Voilà bientôt deux ans que nous vivons à Edimbourg avec notre fille âgée de cinq ans et demi. S’expatrier avec un enfant ajoute un peu de difficulté à l’expérience : nouvelle langue à apprendre, nouveau système scolaire, nouveaux copains etc. Nous allons vous résumer, dans cet article, les différentes grandes étapes que nous avons franchies.

Les aides sociales

Commençons par l’aspect financier, au Royaume-Uni les aides sont bien inférieures à la France. Pour vous donner une idée, la première année nous avions un seul salaire (à peu près le même qu’en France) et nous avions le droit à seulement 82 livres par mois.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter le site officiel du gouvernement pour les “Child Benefits”. Aujourd’hui, avec 2 salaires, nous avons toujours le droit au même montant.

Les modes de garde

En Ecosse, les enfants commencent l’école à 5 ans. Les différents moyens de garde sont les suivants :

  • Nursery : privée ou publique. Le gouvernement finance 3 heures de nurserie par jour, soit dans une école de quartier, soit dans une nurserie privée (ces 3 heures sont ensuite déduites de la facture). Les nurseries privées sont assez chères, le montant peut facilement atteindre les 1000 livres par mois.
  • Playgroup : Il s’agit d’un genre de garderie à un prix abordable.
  • Childminders : Vous avez aussi l’option nounou comme en France. Comptez entre 5 et 8 livres par heure.
  • Nanny : en gros une nounou votre domicile, comptez entre 9 et 20 livres par heure.

Comme vous l’aurez remarqué, ce n’est pas donné ! Dans les faits, souvent un des deux parents travaille à temps partiel afin de réduire la facture. Dans notre cas, la première année, nous avions regardé pour inscrire Erine dans une nurserie privée,  mais le prix nous a fait réfléchir et nous avons eu la chance de trouver une bonne combinaison : playgroup le matin (environ 8 livres par matinée) + nursery l’après-midi (financé par le gouvernement) + Amélie de temps en temps, sinon une nounou (5 livres par heure).

Si l’aide du gouvernement n’est pas énorme, il existe cependant un petit complément appelé “Childcare vouchers”. En gros, un maximum de 240 livres est déduit du salaire avant impôts et utilisable pour payer la nursery, le playgroup ou autre mode de garde, ça fait économiser les impôts sur ces 240 livres, ce n’est pas grand-chose mais c’est toujours ça de pris 😉

Vous trouverez plus d’informations sur les modes de garde sur ce site : https://www.childcare.co.uk

Les copains/copines

Les enfants sont impressionnants et même s’ils ne parlent pas la même langue, ils arrivent à jouer ensemble et à créer des liens. Erine est très sociable, elle n’a pas vraiment eu de problème pour s’intégrer.

Les premières semaines ont été un peu difficiles, elle nous disait souvent qu’elle n’avait pas de copines. Ensuite, elles sont allées au parc du quartier avec Amélie et ont vite fait des rencontres. Nous avons peut-être été chanceux, mais Erine a rapidement pu se faire des copines. Evidemment, plus l’enfant est jeune, plus c’est facile.

La scolarité

Tout d’abord, il faut préciser qu’il n’y a pas d’école internationale en Ecosse. Ensuite, le système scolaire du Royaume-Uni est différent de celui de la France. Ici les élèves commencent l’école à entre 4 et 5 ans.

Le système se décompose comme ceci :

  • Primary school : P1 à P7
  • Secondary school (aussi connu sous le nom de High School) : S1 à S6 (obligatoire de S1 à S4)
  • College : correspond aux filières plus professionnelles, équivalent de nos DUT et BTS
  • University : Université

Pour plus d’information n’hésitez pas à consulter cet article (en anglais) https://www.studying-in-uk.org/difference-between-college-and-university-in-uk/.

Dans notre cas, Erine est aujourd’hui en P1. Le programme est plus proche de celui de CP que de celui de grande section en France. Ayant eu un an pour s’acclimater avant d’aller à l’école, elle n’a pas eu de souci particulier pour s’adapter et suivre les cours en anglais. Le programme scolaire s’appelle le Curriculum For Excellence et est disponible ici.

L’école termine vers 15 heures, vos enfants peuvent ensuite aller dans l’un des nombreux “after school club” pour y effectuer différentes activités jusqu’à ce que vous puissiez les récupérer.

Nous avions quelques inquiétudes avant de nous expatrier, mais après presque une année d’école, nous sommes complètement rassurés, et pensons même que le système est meilleur qu’en France.

Vous trouverez également quelques informations sur la scolarité dans notre article FAQ.

Concernant l’apprentissage du français, nous continuons à parler à Erine en français à la maison et contactons régulièrement les amis et la famille via Skype afin qu’elle puisse avoir des discussions en Français.

Pour cette première année d’école nous avons décidé de ne pas trop l’embêter avec l’apprentissage scolaire du français, nous lui avons appris à compter et la corrigeons lorsqu’elle fait des erreurs mais pas plus. L’année prochaine en revanche, nous allons l’inscrire à un cours de français une fois par semaine à La Petite École d’Edimbourg.
Si votre enfant est plus jeune, il existe également une nurserie pour les enfants parlant français : https://www.facebook.com/lepetitjardindenfants/.

Les snacks

Ici les enfants mangent régulièrement. Ca commence avec le petit déjeuner, ensuite, une petite collation vers 10 heures, puis le repas de midi, puis encore un snack vers 14 heures, le goûter à 16 heures et enfin le dîner vers 19 heures. Erine nous réclame même souvent une extra collation vers 17h45.

En général, nous faisons en sorte de fournir des snacks équilibrés : tomates cerises, galettes de riz, crackers, carottes, fruits, popcorns, compotes etc. Certains parents sont moins regardant et donnent des chips, des barres chocolatées, des jus de fruits, soda et autres mets sucrés voire pire des gâteaux apéritifs.

Si le nombre de “repas” est élevé, en revanche, il faut reconnaître, que les portions sont de taille raisonnable, même pour les repas du midi et du soir. En gros, les enfants mangent 6 à 7 fois par jour mais en petite quantité.

L’anglais

L’anglais est un challenge pour tout le monde : parents et enfants ; mais en immersion, les progrès se font vite ressentir. Erine avait pris quelques cours d’anglais à domicile pendant quelques semaines avant que nous quittions le France histoire de connaître quelques mots de vocabulaire basique.

Erine avait 3 ans quand nous sommes arrivés, l’école commençant à 5 ans, cela lui a laissé le temps d’apprendre. Elle pratiquait notamment à la nurserie et au playgroup plusieurs heures par jour. Nous avons également acheté pas mal de petits livres et jeux en anglais afin qu’elle apprenne de manière ludique. Maintenant qu’elle va à l’école, elle n’a aucun problème avec l’anglais et le parle très bien.

Nous souhaitons que notre fille puisse parler français aussi bien que ses cousins/cousines, aussi, à la maison nous lui parlons tous les deux en français, seuls les devoirs sont fait en anglais. De même, nous gardons un contact régulier avec la famille afin qu’Erine puisse pratiquer sa langue maternelle.

Les sorties

Les musées, en Ecosse, sont généralement bien pensé pour les enfants et proposent des activités ludiques afin que nos marmots ne s’ennuient pas. Par exemple, lors de la visite du bateau de la Reine (Le Britannia), les enfants doivent chercher des chiots cachés dans les pièces, ou encore, au musée national d’Ecosse, les enfants (et les grands) peuvent interagir avec certains artefacts.

Les restaurants sont généralement “child friendly” et acceptent donc les enfants à partir du moment où l’on mange (nous reviendrons la dessus dans quelques instants). Soit l’établissement dispose d’un menu enfant (à un prix généralement raisonnable), soit vous pouvez choisir n’importe quel plat qui sera servi en plus petite portion pour la moitié du prix. Il est fréquent que les restaurants proposent des feuilles et des crayons de couleur.

Ah les pubs, l’endroit de passage obligatoire si vous êtes de passage en Ecosse. L’atmosphère chaleureuse, la musique, la bière qui coule à flot… Alors avec un enfant, ce n’est pas si évident ! Tour dépend de la licence d’alcool de l’établissement et du type d’établissement : restaurant/pub. Dans certains pubs les enfants de moins de 5 ans sont simplement interdits, dans d’autres, si vous commandez de la nourriture, ils sont autorisés. Dans les pubs, les enfants mineurs sont généralement interdits après 20 heures. Nous qui aimions emmener Erine écouter de petit concerts en France, ici, bien qu’il y ait des “lives” tous les jours, nous n’avons jamais pu l’emmener 🙁

Notre bilan

Après presque deux ans, voici ce que nous pouvons vous dire concernant l’expatriation avec un enfant au Royaume-Uni (plus précisément en Ecosse) :

  • Si votre enfant a moins de 5 ans, l’apprentissage de l’anglais sera plus facile
  • Préparez votre enfant au départ en lui expliquant les grandes étapes et commencez à le familiariser avec l’anglais  
  • Une fois sur place, n’hésitez pas emmener votre progéniture au parc pour faire des rencontres et le mettre en confiance
  • Sortir au restaurant avec un enfant est réalisable, il suffit de connaître les règles  
  • Le système scolaire est vraiment bon et les options de garde sont nombreuses

On ne va pas vous mentir, s’expatrier, avec ou sans enfant n’est pas toujours facile mais c’est une expérience enrichissante.

2 réflexions sur “ S’expatrier en Ecosse avec un enfant de moins de cinq ans ”

  • 25 mai 2019 à 21 h 15 min
    Permalink

    Bonjour, votre analyse est assez bien faite. Je me permets quand meme de preciser qu’il est plus facile pour un enfant d’apprendre a lire/écrire en francais ici, apres avoir maitriser la lecture/l’écriture en anglais a l’école. C’est a dire une fois que la maitresse vous indique que votre enfant est un « fluent reader ».

    Réponse
    • 28 mai 2019 à 22 h 56 min
      Permalink

      Merci pour le conseil 😉

      Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.